Où est le pont ?

 
Les jardins du Schönberg Carrefour de St-Léonard
 

Revue de presse


1.Dezember

Grünes Licht für die Poya-Brücke

Der Bau der neuen Poya-Brücke in der Stadt Freiburg kann laut Angaben des Kantons wie geplant Ende 2008 beginnen. Das Risiko einer Verzögerung durch die hängigen Einsprachen ist laut Staatsrat Georges Godel äusserst gering.

Die kantonale Direktion für Raumplanung, Umwelt und Bau hat die definitiven Pläne für das 120-Millionen-Projekt genehmigt, wie die Freiburger Staatskanzlei am Freitag mitteilte. Gleichzeitig wurden 38 hängige Einsprachen abgewiesen, sagte Baudirektor Georges Godel (CVP) auf Anfrage.

Allfälligen Beschwerden habe seine Direktion die aufschiebende Wirkung entzogen. Kein Beschwerdeberechtigter sei direkt vom Projekt betroffen, es sei deshalb extrem unwahrscheinlich, das das Verwaltungsgericht einer Beschwerde die aufschiebende Wirkung zuerkenne, sagte Godel. Das Risiko einer Verzögerung sei damit äusserst gering.

Erledigt sind laut Godel zwei Beschwerden zum Sumbissionsverfahren. Sie seien im Sommer durch das Freiburger Verwaltungsgericht abgewiesen worden.

Verzögerungen beim Baubeginn hätten für den Kanton Freiburg schwerwiegende Folgen: Der zugesicherte Beitrag des Bundes von 67,5 Mio. Franken fliesst nämlich nur, wenn die Bauarbeiten vor Ende 2008 aufgenommen werden.

Die 850 Meter lange neue Brücke über die Saane soll dereinst das historische Stadtzentrum von Freiburg von täglich 25'000 Fahrzeugen entlasten. Das Freiburger Stimmvolk hatte das Projekt im Herbst 2006 deutlich gutgeheissen.

SDA/ATS


1er décembre

Feu vert au pont de la Poya

Le feu est au vert pour la réalisation du projet du pont de la Poya, à Fribourg. La Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions (DAEC) a approuvé les plans définitifs du projet. L'infrastructure routière a été plébiscitée par le peuple fribourgeois en septembre 2006. La planification étant tenue, le chantier devrait démarrer comme prévu à la fin 2008.

C'est cette semaine que la DAEC a approuvé formellement les plans du projet définitif relatif à la construction du pont de la Poya et au passage à quatre voies de la route reliant Saint-Léonard à l'entrée de l'autoroute Fribourg-Nord. Elle a également approuvé le plan directeur partiel des transports associé à ces deux réalisations. Tout cela après avoir reçu les préavis des différents services de la Confédération et du canton, ainsi que des communes et organisations concernées. L'information a été publiée hier dans la « Feuille officielle ».

« Nous avons examiné attentivement tous les préavis et conditions d'approbation et nous pouvons garantir que le projet Poya répond aux exigences actuelles très strictes en matière de construction, d'environnement et de sécurité », précise le conseiller d'Etat Georges Godel, dans le communiqué du Service des ponts et chaussées. L'étude d'impact sur l'environnement et les préavis des services fédéraux et cantonaux peuvent être consultés durant trente jours auprès du secrétariat du Service des ponts et chaussées, à Fribourg.

A noter que le mandat de prestations a été attribué au début novembre au groupement d'ingénieurs chargé du projet d'exécution et de la direction de l'ensemble des travaux.

Par ailleurs, toutes les oppositions restantes ont été levées. Les opposants ont trente jours pour faire recours auprès du Tribunal administratif. Un éventuel retard dans le début des travaux aurait des conséquences graves, entraînant la perte de la contribution fédérale de 67,5 millions de francs. C'est pourquoi un recours éventuel n'aura pas d'effet suspensif.

Philippe Castella


Juillet

Les Chinois ont achevé en juillet 2007, la construction du plus long pont maritime du monde

Une liaison routière de 36 km à travers la mer de Chine orientale. Ce pont serait d'une longueur suffisante pour relier la France et la Grande-Bretagne dans le Pas-de-Calais.

Le pont de la baie de Hangzhou, qui aura coûté 1,5 milliard de dollars, surpasse nettement d'autres ouvrages du même genre comme celui qui relie Bahreïn à la péninsule arabique et mesure 25 km. Le chantier de ce pont a duré trois ans. Une cérémonie a eu lieu mardi avec feux d'artifice et danses traditionnelles en présence d'un bon millier d'invités réunis au milieu de l'ouvrage d'art. Le pont est doté de six voies et d'une aire de repos et de ravitaillement en son milieu. Le pont sera officiellement ouvert au trafic routier en juin 2008, après l'achèvement d'installations comme les péages et les bretelles de raccordement.


23 juin

«Nous devons préparer dès maintenant le nouveau visage de la ville de Fribourg»

La cité des Zaehringen fête ce week-end son 850e anniversaire. Pour son syndic, le socialiste Pierre-Alain Clément, la mobilité régionale constitue aujourd'hui son principal défi.

... FM


21 avril

Les usagers du Bourg vont être sondés.

Le canton et la ville de Fribourg vont mener la semaine prochaine une enquête auprès des automobilistes empruntant le quartier du Bourg, annonce le Service des ponts et chaussées dans un communiqué.

Il s'agit en premier lieu d'évaluer avec précision les modifications du trafic qu'entraînera la fermeture du pont de Zaehringen, une fois ouvert le pont de la Poya. Le second objectif est de mesurer les flux de circulation aux deux carrefours de Saint-Léonard et de Bellevue, situés aux extrémités du futur tronçon.

La police cantonale et une douzaine d'étudiants de l'Université et de l'Ecole d'ingénieurs de Fribourg mèneront l'enquête. Il sera demandé aux conducteurs leur provenance, leur destination et la fréquence de leurs passages dans le quartier du Bourg, précise Jean-Bernard Tissot, chef du projet pont de la Poya. Cette enquête se déroulera sur deux périodes de 90 minutes. Pour ne pas faire fuir les automobilistes de leur trajet habituel et donc fausser les résultats, le jour "ouvrable" ainsi que les tranches horaires retenus pour ce sondage ne sont pas communiqués.

CLAUDE-ALAIN GAILLET


Beat Vonlanthen, un enthousiaste à la tête de l'économie fribourgeoise

Le conseiller d'Etat PDC a repris la Direction de l'économie et de l'emploi en janvier. Il développe une vision qui veut faire de FRIBOURG. une référence en matière de haute technologie.

... FM

23 juin


8 mars

Des recours pourraient torpiller le projet du pont de la Poya.

Deux bureaux d'ingénieurs veulent écarter les auteurs du projet de sa mise en soumission. Au risque de provoquer un retard fatal.

Si les travaux du pont de la Poya n'ont pas commencé à la fin 2008, la subvention fédérale de 58 mio sera perdue.

Antoine Ruf avec L'ATS
Le projet du pont de la Poya à Fribourg pourrait achopper dans la dernière ligne droite. Les conditions de l'appel d'offres publié en janvier dans la “Feuille officielle“ font l'objet d'un recours au Tribunal Administratif (TA).
Mandaté par deux bureaux d'ingénieurs de la place, l'avocat Alexandre Emery exige que les entreprises qui ont participé à l'élaboration du projet soient écartées de la soumission, leur connaissance du dossier leur donnant sur les autres un avantage faussant complètement le jeu de la concurrence voulu par la loi sur les marchés publics. Ce n'est pas tant le recours que le retard des travaux qu'il pourrait entraîner qui préoccupe les autorités. Pour bénéficier du fonds d'infrastructure de la Confédération dans le domaine d'agglomération, les travaux doivent en effet impérativement commencer avant la fin 2008, et le compte à rebours est plus que serré.

Un épouvantail
"Si le TA donne raison aux recourants, il nous faudra republier les appels d'offre, qui courent sur 80 jours. Si nous perdons trois mois, nous perdons la subvention fédérale", s'inquiète l'ingénieur cantonal Claude Morzier revenant pour l'Agence télégraphique suisse sur une information publiée hier par "Le Temps".
"On agite l'argument de l'urgence comme un épouvantail", réagit Maître Emery. "Si nous obtenons gain de cause, il y aura effectivement un retard de trois mois, mais il peut être rattrapé parla suite de la procédure. Alors que les soumissionnaires ont 80 jours pour prendre connaissance du dossier et préparer des offres pour cet objet gigantesque, l'administration s'en réserve cinq pour les examiner."
Si les travaux n'ont pas commencé à la fin 2008, la subvention fédérale de 58 millions sera perdue. Sans elle, pas de pont: la demande d'un crédit de 58 millions approuvé en votation cantonale le précisait explicitement. Si la Confédération ne peut assurer sa part, si 50% du financement total, décret voté par les Fribourgeois en septembre dernier devient caduc.

Georges Godel optimiste
Les recourants contestent la possibilité laissée aux sociétés qui ont participé aux travaux préliminaires de concourir pour la réalisation de l'ouvrage. Le juge en charge dossier a promis une décision dans les deux semaines. "Nous ne créons pas de retard. Nous n'avons même pas demandé la suspension de la soumission durant la procédure."
Le conseiller d'Etat Georges Godel reste positif. “Pour moi, cette réalisation est la priorité des priorités, la pièce maîtresse des circulations Fribourg. Je fais confiance à la justice, et à mes collaborateurs, qui travaillent d'arrache-pied sur ce projet. Je suis persuadé que mes services pourront réussir à boucler le dossier même si le recours est admis. De toute façon, dire que ce recours condamne le projet serait une forme de chantage. Et ferait preuve d'un pessimisme qui n'est pas dans ma nature“, conclut le directeur des Constructions.

"Pas de saine concurrence sans égalité"
D'un côté, il y a les auteurs du projet de la Poya. "Ils y travaillent depuis 17 ans. Ils ont établi les variantes, les plans, les devis, les maquettes et constitué d'un groupement de spécialistes parfaitement rodés, qui connaissent à fond le projet, ses faiblesses et ses forces", résume Alexandre Emery, l'avocat des recourants. De l'autre, il y a les autres bureaux d'ingénieurs. Ils ont 80 jours pour rattraper ce retard de connaissance sur un projet gigantesque, regroupant l'aménagement routier de Saint-Léonard, le percement d'un tunnel et la construction d'un pont haubanné de grande ampleur. Et en plus calculer leurs prix et former un consortium de spécialistes. Enfin les critères mêmes de la soumission favorisent les bureaux déjà impliqués. Le facteur prix, par exemple, est sous-pondéré par rapport aux autres, estime l'avocat des recourants.

"L'essence même de la loi sur les marchés publics est de mettre tout le monde sur le même pied. Il n'y a pas de saine concurrence sans égalité. Ici, les rapports de concurrence voulus par la loi sont faussés dès le départ", poursuit Maître Emery. Le Tribunal fédéral a jugé en 2005 qu'une entreprise préimpliquée dans un projet ne peut pas participer à la soumission relative à ce projet si cela lui donne un avantage notable sur les autres. C'est certainement le cas ici : cet appel d'offres est manifestement contraire à la jurisprudence, conclut l'avocat des recourants.

AR


9 février

Le nombre d'oppositions s'amenuise.

La route se dégage devant le projet Paya : à l'issue d'une nouvelle mise à l'enquête, le Service des ponts et chaussées n'a enregistré que neuf oppositions ou observations au réaménagement de la route de Morat et six aux modifications touchant le projet lui-même. Pour mémoire, la mise à l'enquête de 1999 avait été « saluée » par 123 dossiers d'opposition et de remarques et il y en a encore eu 64 en 2005.

La Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions (DAEC) avait lancé au début de janvier une enquête complémentaire concernant des retouches au carrefour de Bellevue au Schoenberg, ainsi que des modifications à la sortie du tunnel côté Saint-Léonard. Simultanément, le passage de la route de Morat à quatre pistes a été mis à l'enquête et deux rapports d'impact mis en consultation.

Selon Renaud Carron, chef de projet adjoint, la commune de Granges-Paccot figure parmi les opposants dans le dossier route de Morat. « Ce n'est pas une opposition fondamentale, mais nous devons préserver les droits de la commune », explique Jean Perriard, secrétaire communal.

L'association Pro Natura s'est, pour sa part, limitée à des remarques. Selon son président Jacques Eschmann, l'arborisation prévue dans le secteur est nettement insuffisante. Pour le reste, les dossiers – principalement des observations – proviennent de particuliers. Sept concernent la route de Morat et six la sortie du tunnel. Ces derniers visent surtout à réitérer les oppositions déposées en 2005.

Il en resterait une cinquantaine, qui sont maintenues jusqu'à la conclusion d'un arrangement financier (indemnité, acquisition, expropriation). Ces transactions seront probablement finalisées quand la DAEC aura approuvé le projet, ce qui devrait être fait en juin, indique M. Caron.

L'ATE, souvent au rang des opposants, n'a pas bougé sur ce coup. Pour le président Michel Monney, les chances d'aboutir étaient minces, dans la mesure où il s'agissait d'enquêtes complémentaires. Et puis, l'association a jugé satisfaisant le dossier qui contient toutes les mesures d'assainissement des maisons avec leur coût, ainsi que les calculs de flux de trafic dans les quartiers.

MADELEINE JOYE


5 janvier

La route de Morat à quatre voies est à l'enquête

Un pas supplémentaire a été franchi dans la mise en place du projet de la Poya : le Service des ponts et chaussées a publié dans la « Feuille officielle » d'hier deux nouvelles mises à l'enquête, assorties d'un appel d'offre. Deux rapports d'impact sont également mis en consultation.

La nouveauté, c'est la mise à l'enquête de l'aménagement à quatre voies de la route de Morat, entre le chemin du Mettetlet et la jonction de l'autoroute A12. La chaussée ne sera pas beaucoup plus large, indique Renaud Caron, chef de projet-adjoint, mais elle sera redessinée et les giratoires en seront agrandis. Un collecteur d'évacuation des eaux claires en direction du lac de Schiffenen fait partie du lot, qui nécessitera le défrichement temporaire d'un secteur du côté de Forum Fribourg.

Le tronçon de la route de Morat entre le carrefour de Saint-Léonard et le Mettetlet fait, lui, partie du « paquet » pont de la Poya proprement dit, qui a droit à une mise à l'enquête complémentaire pour les modifications apportées au projet de 05.

Le pont n'est pas touché, mais il y a des retouches au carrefour de Bellevue. Côté Saint-Léonard, le tunnel sera légèrement abaissé, la trémie d'accès réorientée et le niveau de la route modifié, ce qui changera l'aménagement de ses abords, précise M. Caron.

Quant à l'appel d'offres, il concerne un « mandat pluridisciplinaire d'études et de réalisations pour le projet Poya et la mise à quatre voies de la route de Morat ». Ce mandat courant sur plus de cinq ans (septembre 2007 à décembre 2012) touche le projet d'exécution et la direction des travaux, à l'exception du pont qui reste dans le giron des gagnants du concours.

Le dossier d'appel d'offres est condensé sur trois CD-Rom et une visite des lieux à l'intention des entreprises intéressées est prévue le 22 janvier.

MADELEINE JOYE